La « maison brûle » et on ne fait rien pour rassembler les énergies
Partager

Il faut beaucoup plus de justice sociale et de dialogue pour affronter les enjeux majeurs du 21° siècle.

Depuis maintenant deux décennies au moins, les gouvernements savent que la crise climatique est grave et que cela exige de prendre des mesures fortes pour réduire notre dépendance aux hydrocarbures : on sait qu’il faut parvenir à économiser 50% de la consommation d’énergie et développer considérablement les énergies renouvelables. Face au péril, toutes les politiques publiques auraient du être subordonnées à cet objectif.

Beaucoup de beaux discours ont été
faits par Chirac, Sarkozy et Hollande, mais dans la réalité ils
ont continué pour l’essentiel à « regarder ailleurs ».
Macron, lui, a poussé le double langage plus loin en cherchant à
utiliser les enjeux écologiques pour compenser ses baisses d’impôts
sur les très riches et les grandes entreprises.

Au surplus, depuis plus de 30 ans, la
domination des politiques libérales a eu tendance à accroitre les
inégalités. Politiques d’austérité, réduction des services
publics, blocages des salaires, délocalisations, précarisation de
l’emploi… ont sapé la cohésion sociale et la confiance dans les
institutions, rendant du coup plus difficile la mise en œuvre de la
transition écologique.

Persistant dans cette voie, le
gouvernement Macron en supprimant d’emblée l’ISF, en confortant le
CICE, en instaurant la flat-tax… mais aussi en faisant preuve d’un
certain mépris vis à vis des couches populaires, a fini par mettre
le feu aux poudres et à déclencher un très grave conflit social.
Pour finir pendant 3 semaines il a laissé pourrir la situation,
affirmant sans cesse qu’il ne « changerait pas de cap ».
Cette attitude est irresponsable.

Nous appelons à ce que soit enfin
entendue l’exigence de mesures immédiates et structurelles de
réduction des inégalités sociales
que porte le mouvement des Gilets Jaunes. Ils ont en effet très
nettement élargi leur plate-forme de revendications(*) et cela
dépasse largement la critique d’un supplément de taxe sur les
carburants.

Nombre de mesures
qu’ils réclament croisent d’ailleurs des préoccupations des
écologistes : grand plan d’isolation des bâtiments, lutte contre
la désertification des campagnes (services publics, transports,
commerce de proximité), politique fiscale plus équitable, lutte
contre l’évasion fiscale, rétablissement de l’ISF, fin du CICE,
mise en place de structures de démocratie participatives et
directes, …

Sans répondre à
ces questions de fond il ne pourra pas y avoir de rétablissement de
la confiance et de la cohésion sociale. Et sans cohésion sociale
difficile d’engager les changements urgents également nécessités
par la transition écologique.

Jean Delavergne

——————–

(*) : Référence aux 42 revendications envoyées le 29 novembre aux députés et classées par thèmes sur le site de RTL

https://www.rtl.fr/actu/politique/gilets-jaunes-taxes-assemblee-citoyenne-glyphosate-toutes-leurs-revendications-7795734808